Dans la vallée des lumières, le charme fou des ténèbres est rompu. (Lettre ouverte sur le scandale Satyananda)

0
Rate this post

Notre article sur les scandales sexuels dans le Yoga a suscité pas mal de vagues et nous avons reçu un grand nombre de messages privés à ce sujet.
La plupart concernaient les remous suscités par l’enquête ouverte en Australie sur les agissements de certains membres de la communauté Satyananda.
Parmi ces messages, l’un d’entres eux nous a spécialement intéressé car il venait d’une personne proche de la communauté francophone de l’école de yoga Satyananda.
Sur notre invitation, cette personne qui tient à garder l’anonymat (nous l’appellerons donc Sadhana), a donné son accord pour écrire une « lettre ouverte » aux lecteurs de Yoganova et à la communauté « yogique » Francophone dans son ensemble. Nous la remercions pour ce geste et nous ne pouvons que féliciter les membres de Satyananda France pour leur courage dans ce difficile travail de clarification et de transparence.

Merci pour votre  article qui permet de faire la lumière sur le sujet des abus sexuels  au sein de la communauté du yoga, permettant ainsi à chacun de s’informer.

Cependant, votre article n’est pas tout à fait complet, car, un centre de Yoga Satyananda en France a décidé de briser cette abyssale loi du silence. Je tenais à vous en faire part,  parce que pour nous le yoga ne doit en aucun cas perdre ses lettres de noblesse quelques soient les abus commis sous son effigie.

Dans notre centre, pas de jeu de pouvoir ou d’argent, nous ne sommes pas une secte! Juste des êtres réunis autour d’une même volonté. Proposer, grâce au yoga, des outils adéquats, pour offrir à tout un chacun l’opportunité de comprendre l’origine de ses tensions, de ses souffrances et de les appréhender de manière différente. Ces pratiques nous les expérimentons avec bonheur et au vue des bienfaits que nous ressentons, nous avons à cœur de partager ses enseignements avec d’autres.

Les joyaux du yoga nous offrent, au-delà du simple ressenti de « bien-être », des clés qui peuvent nous permettre d’avancer dans notre chemin de vie avec plus de sérénité et de discernement.

A l’aide de cette discipline nous prenons mieux la pleine mesure de nos implications dans le monde. Et ainsi étant dans une meilleure compréhension de notre environnement et de nous-mêmes, nous pouvons offrir aux nouvelles générations un terrain plus fertile et plus juste  pour construire le monde de demain.

Dans la lignée de Swami Satyananda Saraswati, nous ne sommes pas des « enseignants », juste des transmetteurs d’un enseignement millénaire qui ne nous appartient pas. Nous avons des règles de vie, des principes et une ligne directrice.

Alors, lorsque début décembre 2014 les dirigeants de notre centre nous ont appris l’effroyable nouvelle, la douleur et l’incompréhension se sont installées. Nous étions tous effondrés, interloqués, choqués et abasourdis, devant l’horreur des révélations.

Nous étions pour la plupart, dans le déni, reconnaissant la culpabilité de Swami Akhandananda  Saraswati, surpris, triste, en colère que d’autres impliqués dans ces actes innommables aient pu  échapper au joug de la justice, mais nous n’envisagions même pas que notre  guru soit au courant de ses diverses dérives.

Une lettre d’information a tout de suite été mise en première page de nos sites avec des liens vers  les témoignages recueillis par la Royale Commission, offrant la possibilité à chacun de s’informer, sur le sujet. Nous avons également tenu à dialoguer personnellement avec tous  nos partenaires et adhérents.

Surpris, face au silence de nos institutions indiennes, mais supposant, dans un premier temps, qu’ils avaient fort à faire pour répondre à ces accusations, nous leur avons accordé le bénéfice du doute, attendant de leur part, une réponse, une explication. Mais las, regardant autour de nous avec lucidité, nous avons peu à peu vu venir l’épais voile de l’omerta qui garde ce secret depuis plus de 30 ans.

Progressivement, les témoignages de la Royale Commission sur Mangrove sont devenus plus nombreux, plus précis et dois-je le dire, plus atroces. Nos dirigeants regardant au-delà de la douleur, de l’intensité de la trahison, déterminés et fidèles quant à leurs convictions  nous ont alors offert la possibilité de réagir en conservant les valeurs qui nous animent à savoir honnêteté,  transparence et éthique. S’excusant presque à nos yeux (professeurs, partenaires  et adhérents formés)  de leur manque de clairvoyance.

Nous avons donc tous dû rapidement balayer notre colère, mettre notre peine de côté (même si elle reste encore très présente) et  ouvrir nos œillères pour faire face à l’insondable réalité des faits et trouver comment affronter cette épreuve, poursuivre notre cheminement dans le respect de nos enseignements yoguiques.

Ne tenant pas à attendre le rapport final de la Royale Commission (à quoi bon, repousser l’infâme réalité des témoignages dans la mesure où  certains d’entre eux, au moins, sont des faits qui ont déjà été avérés par un tribunal) nous avons tenu une assemblée générale. Comme une amputation sans anesthésie la décision a été prise, presque à l’unanimité, de se couper du cœur de notre raison d’être, en brisant tous nos liens avec  les institutions indiennes.

« Pourquoi presque à l’unanimité ? »  

Bien qu’une intime conviction ne puisse suffire à rendre justice, et dans l’hypothétique attente du jugement d’un nouveau procès inculpant les responsables des institutions comment expliquer ?Comment expliquer, que pour certains la dévotion au guru doit normalement être si forte qu’il n’est absolument pas envisageable de discuter de ses actes ?

Comment expliquer, qu’il est pour certains impossible d’entrevoir qu’un maître spirituel ait pu occulter les bases même de son enseignement, qui sont : vérité, honnêteté, respect et maîtrise sexuelle ?Comment expliquer, que certains ne retiennent d’un génie que ses actes sublimes, n’envisageant même pas que mu par le pouvoir, ou autre, certains êtres de génie poussent les portes de l’inacceptable ?

Comment expliquer, qu’ayant fondé toute leur vie sous le regard qui se devait bienveillant de leur maître, il soit mentalement impossible pour certains de voir 20, 30, 40 ans d’une vie se briser comme une vulgaire coquille ?Comment expliquer que nous sommes simplement des hommes et qu’il nous faut concevoir que pour certains, il en va de leur stabilité mentale et émotionnelle de pouvoir se protéger derrière la citadelle imprenable du déni.

Je peux comprendre qu’il ne soit pas accessible à tous de souffrir, de regarder en face toutes les facettes de la terrible réalité, mais je ne peux comprendre la loi du silence qui entoure ces crimes plus qu’affreux.

Quand bien même un maître puisse être remarquable, et faire partie de ces êtres d’exception qui nous offrent et apportent des compréhensions inestimables sur les pratiques du yoga, transposent pour nous ces enseignements ancestraux, nous permettant de vivre cette discipline sous une lumière simple et accessible à tous, il se pourrait que derrière ce génie, ne puisse se cacher qu’un homme. Et il semblerait que cet homme ait occulté les fondements même de son enseignement.

Alors rappelons-nous tous que la communauté du yoga est aussi une société d’hommes et que nous ne sommes malheureusement pas à l’abri des dérives en tout genre. Comme les autres communautés d’hommes, nous devons pareillement, devant des événements gravissimes, faire face et réagir de manière adaptée.

Cela fait maintenant presque 30 ans que nos dirigeants ont fondé leur  Centre de yoga en France. Presque 30 ans qu’ils ont intégré une famille yoguique, car c’est une famille ! 30 ans que leurs enseignements, leurs pratiques, leurs enjeux, leurs réalisations se font sous la bannière du maître.

Mais affrontant ces événements, ils ont su réagir de manière appropriée et efficace. A travers cet article nous souhaitons  leur confirmer notre soutien. La position qu’ils nous ont offerte fut douloureuse et courageuse car briser ces liens n’a pas dû être aisé.

Je respecte d’autant plus leur noblesse d’esprit, en les remerciant encore des enseignements  transmis. Et si nous voilà désormais orphelins, seuls pour nous reconstruire sans le soutien des institutions indiennes, j’ai à cœur de leur réaffirmer que quelle que soit l’ampleur de la tâche à venir pour réorganiser les structures, cela se fera avec bonheur.

Apprendre et comprendre à travers eux les enseignements du yoga fait partie des plus belles expériences que j’ai eu à vivre. Cet endroit est pour ma part un véritable lieu de vie yoguique, havre de paix dans le tumulte du monde où vous pouvez y respirer une belle expérience, seul, en famille, ou avec vos enfants. Ce Centre de yoga exprime l’idée que je me fais d’un monde responsable et paisible.

Ayons à cœur de faire  preuve de discernement, de transcender le fonctionnement usuel et limité du mental, et si un comportement nous parait inadéquat, quelques soient nos attachements, rappelons-nous nos vraies valeurs et ayons le courage de briser nos liens quel qu’en soit le prix.

Développons la force de ne pas détourner le regard, de ne pas rester silencieux, devant tout agissement infâme. Permettons ainsi à toute victime d’abus physique ou psychique, de sentir qu’elles seront entendues, écoutées et soutenues par nos profondes convictions, afin qu’elles sortent de leurs souffrances et puissent trouver la paix à travers nos engagements et nos voix qui s’élèveront dans le silence de leurs nuits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici