Des loups déguisés en saints. Les abus sexuels dans le yoga et pourquoi personne n’en parle…

0
Rate this post

Si on entend énormément de voix s’élever, à raison, contre les divers scandales sexuels et pédophiles qui ont touché le cœur de l’Eglise Catholique ces dernières années, il en est malheureusement autrement quand d’influentes figures du Yoga sont touchés par les mêmes accusations.

Face aux questions soulevées par les rumeurs du comportement inadéquat d’un « maître », la réponse sera souvent un silence gêné, voir une mimique pleine de reproches. Pourquoi parler de tout cela ?
On vous rappellera peut-être ses mots du grand (et irréprochable) Swami Sivananda :

« VOUS NE DEVEZ JAMAIS REGARDER LES DÉFAUTS DU GOUROU, VOUS DEVEZ AU CONTRAIRE LE DIVINISER. LE GOUROU EST DIEU ! »

En oubliant peut-être de mentionner  ses conseils sur les qualités à rechercher chez un Guide authentique:

« IL FERA DISPARAÎTRE VOS DOUTES, IL DOIT ÊTRE LIBRE DE L’AVIDITÉ, DE LA COLÈRE ET DU DÉSIR. SI IL EST PLEIN D’AMOUR, DÉTACHÉ DE LUI MÊME ET SANS EGO, VOUS POUVEZ LE CHOISIR COMME VOTRE GUIDE »

Qu’est-ce qui fait que certains agissements particulièrement intolérables de « guides spirituels » bien connus ne fasse pas plus de bruit ? Comment des personnages qui salissent les enseignements peuvent rester en place sans créer trop de polémique ?

Ignorance is freedom…?

        Ignorance is freedom…?

La relation de maître à disciple si importante dans les traditions orientale et les vœux de fidélité qui vont avec y sont sans doute pour quelque chose. Et il vrai que, quand on a consacré sa vie, son temps et son argent à une communauté, quand on s’est peu à peu coupé du monde autour de nous en ne le « déchiffrant » plus qu’avec la grille de lecture du maître, il est bien difficile de reconnaître son erreur de jugement et un difficile travail de réévaluation est nécessaire.

Et après tout, n’est-il pas tentant de cacher la saleté sous le tapis pour ne pas porter préjudice à tout un mouvement spirituel ?
Certains diront qu’il faut se concentrer sur le positif et ne pas regarder le négatif et qu’il ne faut pas juger les autres. On nous reprochera peut-être de remuer la « merde ». Peut-être, mais il y a sans doute des limites à ne pas franchir et qui ne dit mot consent.

Par cet article, nous ne cherchons pas  la petite bête, nous ne voulons pas instaurer une « police dharmique de la braguette » ni  appliquer une grille de lecture « spirituellement correcte » sur une une quête de Soi qui peut, à certains moments, prendre des formes étranges et paradoxales. Certains maîtres véritables peuvent utiliser de temps à autres des méthodes atypiques et bien peu orthodoxes pour « réveiller » et « secouer » l’aspirant…Nous le reconnaissons.

Néanmoins, la gravité de certains faits ne cesse d’alarmer et l’aveuglement général semble parfois prendre des dimensions abyssales. On ne compte plus le nombre de chercheurs sincères dont la vie a été brisée par des psychopathes déguisés en saints, avec l’approbation silencieuse du reste de leur communauté. Il est temps d’en parler…

De récentes révélations agitent  le petit monde du Yoga, mais bizarrement sans grandes répercussions dans la communauté francophone. Nous voulions en faire part à nos lecteurs car l’organisation impliquée est bien connue et eut une grande influence sur l’évolution du yoga en Occident. Les accusations sont gravissimes.

swami satyananda saraswati

Swami Satyananda Saraswati pronait l’abstinence et la chasteté…pour les autres.

Ses révélations concernent le « gourou » indien Swami Satyananda Saraswati célèbre pour être le fondateur de l’école internationale de Yoga du Bihar et l’auteur de nombreux (et souvent excellents) ouvrages sur les techniques yogiques et tantriques de méditation.

Mort il y a quelques années, le Swami prônait l’abstinence, la chasteté et l’austérité alors que sa vie intime semble bien trouble.
Bhakti Manning, une ancienne disciple a récemment expliqué devant une commission d’enquête de la justice australienne comment elle aurait été « abusée sexuellement par le Swami devant des étrangers alors qu’elle n’avait que 16 ans durant un voyage en Inde« , elle souligne « avoir  précédemment  subi le même traitement de la part de Swami Akhandananda Saraswati« , un disciple de Satyananda et responsable à l’époque de l’ashram de Mangrove Moutain en Australie.

Elle explique son silence initial : « Si j’avais prévenu les autres disciples, à leurs yeux j’aurai été la seule à blâmer pour être une mauvaise disciple et pour ne pas accepter ce que le gourou faisait pour mon propre bien », « si vous appeliez à l’aide dans l’ashram, personne ne venait à votre secours ». (source en Anglais)

D’autres témoignages viennent corroborer ses dires et accusent les dirigeants de l’ashram de  Mangrove Moutain de nombreux abus physiques et sexuels durant les années 70 et 80.

« Dracula » Akhandananda en couverture de son ouvrage sur le Tantra dans la vie quotidienne. On se demande quel sorte de Tantra il pratiquait.

« Dracula » Akhandananda en couverture de son ouvrage sur le Tantra dans la vie quotidienne. On se demande quel sorte de Tantra il pratiquait.

La plupart des faits  seraient l’oeuvre de ce Swami Akhandananda Saraswati, véritable pédophile grimé en promoteur de paix et  leader de l’ashram de Mangrove Moutain.

Khandananda fut d’ailleurs condamner à deux ans de prison en 1989 pour abus sexuels sur une jeune fille de 15 ans mais la sentence fut annulée pour vice de forme en 1991. Il mourut en 1997 d’un coma éthylique.

La police enquête maintenant sur d’autres événements du même genre dans lesquels Akhandananda serait impliqué, en recevant les témoignages de six ex-adeptes qui étaient encore enfants au moment des faits.

Au moins quatre de ses femmes disent avoir aussi été abusées par la « partenaire tantrique » de Akhandananda, une personne connue sous le pseudonyme de Shishy, qui a depuis admis avoir eu une relation sexuelle avec un garçon mineur et couvert les agissements de son amant. Elle explique aussi comment elle était devenue la partenaire sexuelle de Satyananda durant ses visites en Australie et comment elle punissait physiquement les récalcitrants, encore enfants à l’époque des faits. (source en Anglais)

Malheureusement ce n’est pas tout et les choses iront encore plus loin dans l’abject: dans une récente audition devant le tribunal, un témoin qui avait 7 ans au moment des faits, décrit comment elle aurait « participé malgré elle à un rituel macabre, mise nue et tenue de force par des membres de l’organisation » puis comment « Akhandananda aurait pratiqué une incision entre ses seins puis sucer le sang qui en coulait avant de la violer ».

Un vrai cauchemar…

Les plaignants demandent maintenant réparation alors que l’ashram de Mangrove Moutain fonctionne toujours et reste un lieu d’activité très populaire auprès des disciples de l’organisation. Les dirigeants actuels de l’ashram dénient toutes responsabilités et demandes de compensations arguant du fait qu’ils n’étaient pas en place au moment des faits.

Même si les choses vont rarement aussi loin dans l’horreur, les « gourous » qui abusent de leur pouvoir pour obtenir des « gratifications » sexuelles ne sont pas rares, c’est même devenu un « cliché ». En effet, les scandales n’ont pas manqué et ceci bien avant que le yoga devienne partie intégrante de la culture populaire occidentale.

Swami Kriyananda le fondateur d’origine roumaine d’une communauté spirituelle bien connue et disciple du  fameux Paramahansa Yogananda (auteur de « auto-biographie d’un yogi ») reconnaîtra lui aussi en 1994 avoir eu des relations sexuelles avec plusieurs de ses étudiantes. Il aura fallu un long procès et la déposition de sept de ses anciennes disciples. Il restera pourtant à la tête de  l’Ananda Sangha Worldwide jusqu’à sa mort. (source en anglais)

Amrit desai dans sa jeunesse.

Amrit desai dans sa jeunesse.

Cette même année, Amrit Desai, le très photogénique fondateur de l’école de yoga Kripalu sera condamné à payer 2,5 millions de dollars à d’anciennes disciples qui l’accusaient d’abus sexuels. En revanche on doit admettre que Amrit Desai a reconnu les faits, effectué son auto-critique et s’est sincèrement excusé auprès de ceux et celles qu’il avait blessé avant de confier la gestion du mouvement à un groupe d’étudiants. (source en anglais)

Swami Muktananda le charismatique leader du Siddha Yoga  et Swami Satchindananda d’Intégral Yoga (qui connu une renommé internationale après son passage au festival de Woodstock en 1969) furent aussi accusés d’abus sexuels dans le milieux des années 90. En 1991 ce dernier dû faire face à des protestataires en colère devant l’amphithéâtre où se tenait sa  conférence aux cris de « Arrêtez les abus » et « arrêtez de couvrir les scandales ».
Les choses iront encore plus loin pour Muktananda puisque nombres d’anciens disciples témoignèrent des mauvais traitements subis sous son autorité et de trafic d’armes et d’argent au sein de la communauté. (source)

Dans les années 60-70, le culte de la personnalité associé à une naïveté béate de la part de nombreux occidentaux ont bien souvent facilité la tache des experts en manipulation qui se cachaient sous des robes de Swami.
Mais ne nous y trompons pas, les abus continuent aujourd’hui et concernent des personnalités bien connus du yoga moderne.

Choudhury Bikra ici dans son costume de travail.

Choudhury Bikra ici dans son costume de travail.

Par exemple, Choudhury Bikra, qui par le biais de sa très lucrative école de yoga Bikram posséderait plus de 650 studios à travers le monde. En plus d’avoir essayé (sans succès) de breveter une série d’asanas , il est lui aussi pris dans de nombreux scandales. Il est notamment accusé du viol de deux étudiantes pendant des « training camps » en 2010 et 2011. Nous ne prononcerons pas sur son cas et nous respecterons la présomption d’innocence jusqu’à ce que le jugement soit rendu. (source en anglais)

 

 

John Friend « l’entrepreneur en yoga »du temps de sa splendeur.

John Friend « l’entrepreneur en yoga »du temps de sa splendeur.

John Friend, le charismatique et médiatique  fondateur de Anusara Yoga, était encore il y a peu le héros d’une yoga « success story » typiquement américaine avant de s’effondrer complètement sous les nombreuses accusations d’inconduite sexuelle, de manipulations financières et de consommation de stupéfiants. Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de Anusara yoga et John Friend a été largement abandonné par ses anciens compagnons. Dire que le petit monde du yoga bruissait de commentaires élogieux sur ce mouvement il y a encore quelques temps ! Ah, l’impermanence des choses… (source en anglais)

 

D’après ses disciples, Swami Shankarananda serait un vrai nounours en peluche. Ok! Mais un nounours avec les mains baladeuses…

D’après ses disciples, Swami Shankarananda serait un vrai nounours en peluche. Ok! Mais un nounours avec les mains baladeuses…

Tout récemment, une autre polémique a  éclaté en Australie autour des agissements douteux de Swami Shankarananda fondateur et maître spirituel de la Shiva School of Meditation and Yoga, de grande renommé en Australie. Il aurait eu des aventures avec des dizaines de ses étudiantes dans le plus grand secret. Prit la main dans le pot de confiture, le « gourou » qui apparaît dans nombre de documentaires sur le yoga s’est justifié par un communiqué où même s’il reconnait que « son comportement était inapproprié et qu’il promet plus de transparence dans ses actions et dans son enseignement« , il souligne « qu’il est bien connu que notre tradition est tantrique et inclus le culte discipliné de la grande déesse et jusqu’ici j’avais gardé mes activités secrètes comme le recommande les anciennes écritures« .

Le bonhomme est rusé et nous sors un joker de dessous sa robe orange de Swami: le Tantra. Nous on veut bien mais en attendant, sa communauté est sous le choc et de nombreux adeptes l’ont déjà quitté. Bien essayé mais dommage…

Nous pensons qu’il est grand temps que la lumière soit faite sur les aspects les plus sombres de certains « gourous » ou prétendu tel. Il est temps de libérer la parole si nous ne voulons pas qu’un jour, une communauté entière d’enseignants et de pratiquants sincères se retrouve assimilés aux agissements de quelques criminels.
Si il est naïf d’attendre d’un enseignant qu’il soit « parfait » à tous les niveaux, nous pouvons au moins demander qu’il pratique ce qu’il prêche et qu’il fasse preuve d’honnêteté sinon en qui pourrions nous reporter notre confiance ?

Rappelons nous les conseils du Dalai-lama sur la relation avec le maître:

 « IL EST SOUVENT DIT QUE L’ART DU GOUROU YOGA EST DE CULTIVÉ L’ART DE VOIR TOUTES LES ACTIONS DU GOUROU COMME PARFAITES. PERSONNELLEMENT JE N’AIME PAS QUE L’ON AILLE TROP LOIN. SOUVENT DANS LES ÉCRITURES ON PEUT LIRE DES CHOSES DU GENRE: « REGARDEZ CHAQUE ACTIONS DU GOUROU COMME PARFAITES ». NÉANMOINS NOUS DEVRIONS APPLIQUER CETTE RECOMMANDATION À LA LUMIÈRE DES MOTS MÊME DU BOUDDHA : « N’ACCEPTEZ MON ENSEIGNEMENT QU’APRÈS L’AVOIR EXAMINER COMME QUELQU’UN EXAMINE DE L’OR. N’ACCEPTEZ RIEN SIMPLEMENT PARCE QUE VOUS AVEZ FOI EN MOI« . LE PROBLÈME AVEC LA PRATIQUE DE VOIR LES ACTIONS DE SON MAÎTRE COMME PARFAITES C’EST QUE CELA PEUT FACILEMENT SE TRANSFORMER EN POISON POUR LE MAÎTRE ET POUR LE DISCIPLE. SI LES ACTIONS DU GOUROU NE SONT PAS EN ACCORD AVEC CE QU’IL PRÊCHE OU QUE SON ENSEIGNEMENT EST EN CONTRADICTION AVEC LE DHARMA ALORS IL NOUS FAUT UTILISER NOTRE RAISON ET NOTRE SAGESSE ET REJETER SON ENSEIGNEMENT. » DANS « LE CHEMIN VERS L’ÉVEIL »

« AVANT DE VOUS ENGAGER AVEC UN MAITRE, VOUS DEVEZ D’ABORD REGARDEZ ET INVESTIGUER PROFONDÉMENT. NE CONSIDEREZ PERSONNE COMME VOTRE ENSEIGNANT OU VOTRE GOUROU JUSQU’À QUE VOUS AYEZ UNE PLEINE CONFIANCE DANS SON INTÉGRITÉ. CECI EST EXTRÊMEMENT IMPORTANT. ENSUITE, CECI ACCOMPLIT, SI VOUS VOYEZ DES CHOSES « MALSAINES », VOUS DEVEZ LES REJETER. »

« LA PRATIQUE DU TANTRA N’EST JAMAIS UNE EXCUSE POUR UN COMPORTEMENT SANS ÉTHIQUE. CELUI QUI COMPRENDS BIEN LE VAJRAYANA (BOUDDDHISME TANTRIQUE) SAIT QU’IL N’Y AUCUNE EXCUSE POUR LES COMPORTEMENT IMMORAUX » DANS « QUESTIONNING THE ADVICES OF THE GURU »

FAITES COMME LE DALAI-LAMA, OBSERVEZ L’ENSEIGNANT AVEC DISCERNEMENT.

Arnaud pour YogaNova Magazine

Sur le meme sujet relire notre article : « La face cachée de Sogyal Rinpoché »

Et vous qu’en pensez vous ? Sommes nous allés trop loin ? Avons nous oublié quelque chose ? N’hésitez pas à nous faire part de votre opinion et de vos expériences dans les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici