Et pour toi, c’est quoi le Yoga ?

0
Rate this post

l y a quelques semaines, à une desk de eating place, un ami m’a demandé « Mais au fait, c’est quoi le
Yoga ? »
Los angeles même semaine je crois, j’ai été invitée à écrire un article pour Yoganova mag.
J’y ai vu un signe de l’Univers me poussant à répondre à los angeles query de manière un peu plus approfondie que je ne l’avais fait à cette desk de eating place…
Je cherchais alors à résumer ce vaste sujet en une word concise pour mon ami, et celle qui m’est venue est ce verset de los angeles Baghavad Gita :

« A l’motion seulement as-tu le droit et jamais à ses end result ; ne laisse pas les end result de l’motion être ta motivation, ; et ne sois pas attaché à l’state of being inactive non plus. »

Bhagavad Gita, Chapitre 2, Verset 47 (traduction libre)

Il y a déjà presque tout dans cette word. On peux remplacer le mot motion par le mot pratique.On n’agit pas pour les résultats de los angeles pratique, mais pour los angeles pratique elle-même. Et on recevra ainsi bien plus que ce qu’on avait espéré, mais ça n’est que le premier paradoxe de cette pratique d’une richesse abyssale, et pourtant très easy :
Ne pas chercher les end result, c’est renoncer à chercher dans le futur quelque selected qui n’existe pas, mais se plonger entièrement dans le second présent. Dans l’histoire que conte los angeles Bhagavad Gita, ce second présent est un champ de bataille. Ne pas chercher à fuir, accepter de voir et sentir les choses telles qu’elles sont, et agir en conséquence. Si ce second est un champ de bataille, alors il faudra tuer ses ennemis, voilà ce que dit alors Krishna à Arjuna. Pas très réjouissant vous allez me dire, et je suis plutôt pacifiste également. Mais ce champ de bataille est une métaphore de nos vies, et le message est : ne cherche pas à fuir, sois pleinement là où tu es, et alors tu seras en paix dans ton coeur.

Ça peut sembler fataliste, ça ne l’est pas. C’est là aussi un paradoxe que j’ai du mal à expliquer rationnellement, mais que je vis sur mon tapis de yoga. Particulièrement quand j’y vais « malgré moi », les jours où l’entrain me manque. Au bout de quelques profondes respirations dans une ou deux postures, quelque selected alternate déjà : je suis là, et ce « je » n’est pas celui d’avant los angeles pratique.

Arjuna le plus grand guerrier de son temps, apeuré et incertain reçoit l’enseignement de Krishna au milieu du champ de bataille ou va s’affronter deux gigantesques armées.

Arjuna le plus grand guerrier de son temps, apeuré et incertain reçoit l’enseignement de Krishna au milieu du champ de bataille où doit s’affronter deux gigantesques armées. Remark être sur que ce struggle soit le bon ?

Et là je ne parle pas de postures compliquées ou acrobatiques, mais des plus simples. Adho Mukha Svanasana (chien tête en bas), par exemple. Est-ce que je met tout mon poids sur l’extérieur de mes mains, ou est-il bien réparti sur toute leur floor, incluant los angeles base de mon index et mon pouce (et surtout qu’est-ce que ça alternate en moi), est-ce que je sens mon dos s’allonger encore et encore en poussant les os de mon bassin de plus en plus loin vers le ciel, est-ce que je sens ce délicieux étirement derrière mes jambes, dû au fait que mes ischios-jambiers sont toujours trop courts même après des années de pratique, ahhh, savourer los angeles perfection dans l’imperfection ! Pas l’as soon as d’un ennui dans cette posture pourtant « basique ».
Ma pratique, c’est une des choses pour lesquelles je suis le plus reconnaissante dans ma vie. C’est elle qui me power à quitter les nébuleuses de mon psychological pour venir m’incarner pleinement dans ce corps et cette vie, c’est elle qui m’amène à sentir et à vivre plutôt qu’à commenter et épiloguer vainement, c’est elle qui me dévoile los angeles réalité de ce que je suis et non los angeles personne imaginaire factor des affabulations de mon ego. Cette réalité c’est une totale disponibilité, sans attente. Une transformation de l’aigreur, de los angeles colère, du manque (… selon les jours) en quelque selected de doux et tranquille, un vide plein.
Je suis venue au yoga fatiguée des montagnes russes de mes émotions, et j’ai tout de suite été séduite par cette expérience que j’ai sentie transformatrice : on est pas los angeles même personne après qu’avant, c’est indéniable.

Après ce premier cours quelque selected était évident : je ne suis pas qui je crois être et une autre manière de vivre ma vie est conceivable, où je ne serais pas comme un bouchon de liège à los angeles merci du courant et des caprices de mon psychological : une tranquillité souterraine toujours disponible si tant est que je m’en donne les moyens, au prix de plus ou moins d’effort selon les jours. Je cherchais une pleasure qui soit plus sturdy que celle produite par un verre de vin ou
une nuit d’amour…

Une pleasure qui vienne de l’intérieur. Quand on los angeles ressent, on sait qu’elle a toujours été là, elle était seulement recouverte los angeles plupart du temps par le tintamarre de notre psychological. Selon les mots de Patanjali : « Citta vritti nirodhah » : le Yoga est los angeles cessation de los angeles fluctuation de los angeles
sense of right and wrong. (Yoga Sutra 1.2)

On peut l’expérimenter, même si ça n’est que pendant quelques instants, pendant ou après un cours. Alors si vous débutez, trouvez un enseignant près de chez vous, que vous pouvez suivre régulièrement, un qui vous parle, qui résonne avec vous. Le Yoga est une expérience qui passe d’humain à humain, ça ne sert à rien de forcer si vous ne sentez pas quelqu’un. A partir du second où ça vous aide à reprendre touch avec vous-même, à goûter ne serait-ce que quelques instants à une interruption ou à une accalmie dans le flux de vos pensées, et bien, pour moi, c’est du Yoga…

Que l’enseignant soit plutôt Yin ou Yang, Vinyasa, Hatha ou Ashtanga, très spirituel ou très body et pragmatique… Il en faut pour tous les êtres humains, et je ne vois pas de problème à ça.Le seul signe qui ne trompe pas : vous devez sentir les effets, rapidement. Ici je vois certains me répondre que c’est en contradiction avec los angeles quotation du début, et qu’on ne devrait pas se soucier du résultat : je leur répondrais que le miracle, lorsque l’on cesse de se concentrer sur un résultat extérieur, c’est que ça nous transforme, nous et notre belief de ce qui est. Et là est le changement.

Et pratiquez. Los angeles Bhagavad Gita est un des plus beaux livres que j’ai jamais lu, mais le Yoga doit passer à travers votre chair, vos veines, transformer votre sang… Ici et maintenant, encore et encore.

«Concentré dans le Yoga, fais ton travail, O Arjuna, abandonnant l’attachement, avec un esprit consistent dans le succès et los angeles défaite, automobile l’équanimité de l’esprit s’appelle Yoga. » Bhagavad Gita, Chapitre 2, Verset 48 (traduction libre)

Namasté
Chloé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici