L’extraordinaire pouvoir du son et de la musique

0
Rate this post

Si comme le dit l’adage, la musique adoucit les mœurs, peut elle aussi accélérer la croissance d’une endive ? La question parait saugrenue, reconnaissons le. Elle nous donne,en tout cas, une bonne excuse  pour digresser un peu et nous intéresser à la nature du son, de la vibration et de la forme. 

Notre modernité fait apparemment grand cas de la musique. Tout le monde ou presque est un musicologue en herbe et se fera un plaisir d’argumenter des heures sur les mérites de tel ou tel genre musicale.  Ne pas s’y connaitre sur le sujet c’est passer pour un troglodyte ou un demi-sauvage.
La musique est désormais facilement accessible, en cd, radios, milles formats numériques et téléchargeables à loisir sur le net. Dans le monde du « dehors » elle impose sa présence dans les magasins, les gares, les bars, les restaurants, les ascenseurs… Il est souvent bien difficile de l’éviter. On l’écoute autant qu’on en parle…Les musiciens, célébrés, adorés et de plus en plus interchangeables sont devenus les nouveaux héros des temps modernes à l’instar des acteurs de cinéma. Des héros qui seront vites remplacés par d’autres héros plus jeunes, plus branchés, plus dans l’air du temps. Car comme chacun sait, le temps c’est de l’argent.

Si les traditions anciennes ne séparent jamais la musique de son caractère sacré, dans la société moderne elle est devenue un produit de consommation comme un autre, ou mieux, un ingrédient indispensable pour vendre d’autres produits.
Quel savon n’a pas son jingle ? Quel bagnole en vente à la télé n’a pas sa petite ritournelle passant en boucle, chargée de vous faire vivre une émotion suffisamment forte pour vous convaincre de vous endetter sur dix ans ?

La musique est donc partout, nous baignons dedans comme nous baignons dans les ondes de toutes sortes, téléphoniques, hertziennes et j’en passe. A moins de vivre loin du monde dit « civilisé », c’est à dire dans la nature sauvage, on ne peut pas y échapper. Elle est devenu la bande son quasi imposée d’une civilisation moderne, mercantile et totalement angoissée par le silence.
Perdue dans le royaume de la quantité, la musique y  perdrait presque sa beauté et sa magie, en un mot: son âme.
Le seul dernier vraie luxe, c’est le silence.

Pourtant ! Ce brouhaha permanent ne peut que  voiler  les dimensions invisibles et les vertus insoupçonnées de la musique et du son
. En préambule,nous posions cette question apparemment absurde : la musique peut elle faire pousser les endives ?  Quelques images valant souvent mieux qu’un long discours, je vous invite à regarder cette courte vidéo:

Comme vous pouvez le voir, des professionnels de l’agroalimentaire semblent très satisfaits d’une méthode qui n’en est encore qu’à ses balbutiements: la Génodique. Le procédé est simple: jouer de la musique aux plantes et aux animaux dans le but d’aider à la croissance ou au processus de guérison. Il semble que cela fonctionne plutôt bien pour les endives…

Voici un nouvel extrait vidéo qui va un peu plus loin dans l’explication en prenant comme exemple des vignes malades.

Encore des témoignages de paysans, scientifiques et spécialistes de l’agro-alimentaire. Et tous nous parlent des résultats bien tangibles de la musique sur la santé des plantes. La mécanique quantique au service du potager en quelque sorte…Vous voyez que le  sujet n’est pas réservé aux hippies et aux allumés…

Mais alors, si ça soigne les plantes et fait grossir les concombres, quelles sont les autres vertus de la musique ?

Pour approfondir le sujet, penchons nous vers la tradition indienne, principalement sa branche tantrique qui a toujours fait grand cas de la musique.
Dans le tantrisme, le rôle du son est essentiel. C’est d’ailleurs un son très spécial qui aurait crée l’univers entier… Ce Son primordial c’est le fameux mantra AUM ou OM dont le symbole est ॐ .
Le son Aum est le tout premier Son émit par le Divin et du coup sa première action. De ce « chant » de Brahma l’univers entier se manifeste comme une fleur s’ouvre au soleil.
Mais attendez, il n’y a pas que la tradition indienne qui parle de ce Son primordiale. L’évangile selon Saint-Jean débute par cette mystérieuse formule: « Au commencement était le verbe, et le verbe était avec Dieu et le verbe était Dieu ».
Si on traduit Verbe par  parole de Dieu, on obtient une idée assez similaire. A la naissance de l’univers il y avait Dieu et il a émit une parole et cette parole s’est faite chair donc matière. Dieu crée donc l’Univers de sa parole. Similarité troublante…

Le Son est donc créateur. C’est le secret des mantras, ces formules incantatoires qu’on répète pour obtenir des résultats aussi bien spirituels que matériels. Sans le « bon » Son, pas de manifestation…Quand l’enchanteur Merlin oublie sa formule, son mantra,  il perd son pouvoir…

Si le Son est créateur, il l’est essentiellement par son aspect vibratoire. Son et vibration ne font qu’un et pour beaucoup, c’est dans cette relation entre le son, la vibration et la forme qu’il faut aller chercher la clef du mystère de l’Univers. En physique, la théorie des cordes se rapprochent étonnamment de ses intuitions anciennes en mettant en parallèles niveaux vibratoires et changements spatiaux-temporelles.
Une fois de plus une petit vidéo va nous éclairer sur cette relation.

C’est pas beau ça ? Certes, on reste dans un monde en deux dimensions mais c’est une belle simplification visuelle expliquant simplement la relation entre le Son (Mantra) et la Forme (Yantra ou Mandala) . Une géométrie sacrée apparaît et se transforme sous nos yeux sous l’influence du son et de ses vibrations.
Un autre exemple, cette fois ci avec une interaction de couleurs.

 

Et là, une expérience similaire mais avec de l’eau. C’est étonnant.

Tout cela va encore plus loin, puisque d’après la tradition tantrique, l’univers entier, notre corps inclut, ne serait fait  que de vibrations plus ou moins subtiles et plus ou moins en harmonie. Ce que nous voyons comme de la matière solide n’est finalement que beaucoup de vide en mouvement, ou autrement dit de l’énergie « vibrante ». C’est cette vibration qui va donner telle forme à telle chose.
Pour faire une jolie phrase, nous pourrions dire que selon les anciens nous sommes entièrement fait de musique.
Les mystiques chrétiens utilisent le jolie terme de musique des sphères…
Par contre, cette musique de l’être peut aussi perdre son tempo ou sortir de l’harmonie… Et la maladie surgit…Les druides disait-on soignaient par le chant, peut être n’étais ce pas qu’une formule poétique ? Les chamans d’ aujourd’hui et d’hier en fond tout autant, couvrant leurs rituelles de bruyantes psalmodies, étapes indispensables vers la guérison. C’est aussi ce qui se cache derrière ce fameux « taux vibratoire » dont les adeptes du new-age parlent tant.

Mais attention, il y a des musiques positives et des musiques négatives.Si on peut aider à la croissance d’une endive on peut sans doute aussi la rendre malade voir la faire mourir. Et c’est là que le bordel sonore inhérent à la vie moderne peut être un vrai problème. Problème d’autant plus ennuyeux qu’il est ignoré. Pensez vous ! On en est encore à s’interroger sur l’impact du cinéma et des jeux vidéos sur les consciences, alors la musique et le son…

Et pour finir pourquoi ne pas faire l’expérience directe du pouvoir de la musique et des ses vibrations par une petite écoute de ce somptueux Râga Indien.  Dans l’Inde ancienne, chaque ragas étaient classifiés selon l’heure de la journée a laquelle son écoute est la plus bénéfique. Il y a des ragas du matin, de journée, tombée de la nuit et nuit.
Celui ci, le Raga Puriya Kalyan est un raga de la tombée de la nuit. On y retrouve ce qui fait la spécificité du genre: une atmosphère infiniment calme et contemplative avec ce je ne sais quoi de nostalgique que l’on ressent souvent au crépuscule. Une merveille léguée pour nous par une ancienne tradition. Un moment d’éternité !

Arnaud pour YogaNova.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici