Patanjali, le père du yoga moderne

0
Rate this post

Le yogi et mystique Sadhguru nous donne ici un bref aperçu de la vie et l’oeuvre de Patanjali, père du yoga moderne et l’auteur des fameux yoga-sutras.

SadhguruSadhguru

Si vous pensez à Pantajali comme à un être éveillé, alors il ne peut pas être plus «éveillé » qu’un autre. Cela n’existe pas.La réalisation est la réalisation.
Mais comme homme et aussi comme intellectuel, bien peu de grands scientifiques modernes peuvent lui être comparé, ils feraient figure d’enfants à coté de lui. L’étendue de ses connaissances sur la vie était telle, qu’il est bien difficile de croire qu’un homme seul puisse parvenir à ce niveau.

Sa compréhension et sa maîtrise du langage, des mathématiques et de l’astronomie étaient tout à fait extraordinaires.
Les « érudits » modernes prétendent que son oeuvre ne peut venir de l’activité d’une seule personne mais que de nombreux autres ont du y participer,  car elle est gigantesque. Pourtant c’est bien l’œuvre d’une seule personne. Patanjali est sans doute un des plus grands penseurs que la terre ait porté.
Il est connu comme le « père » du yoga moderne.Il ne l’a pas inventé. Le yoga était déjà là sous différentes formes mais il en a fait un système.

Shiva le  yogi primordial, transmit le yoga aux Saptarishis connus comme les sept sages, plusieurs milliers d’années avant Patanjali.
Shiva détenait la plus haute connaissance de la nature humaine mais il ne l’a jamais mise par écrit, sa nature étant trop bouillante pour qu’il devienne un simple érudit. La vérité ne pouvant être contenue toute entière dans un seul être, il choisit donc sept personnes pour devenir le réceptacle des enseignements. C’est ce qui donna naissance aux sept formes du yoga classique. Aujourd’hui même, alors que le yoga se divisent apparemment en des centaines de système différents, ces sept branches existent toujours.

Les yoga-sutras.

Patanjali arriva bien après et assimila tout ce savoir. Il comprit vite que la tradition devenait confuse par tant de diversité et qu’à cause de cela il devenait bien difficile de la comprendre dans sa profondeur. Il voulu inclure tous les enseignements dans un format clair et compréhensible, ce qui donna naissance aux fameux Yoga-sutras.
Sutra veut dire fil et peut être considéré comme une formule. Tout le monde ou presque connaît la fameuse formule E=mc², mais il faut une connaissance gigantesque et de longues années d’étude pour en comprendre le sens véritable. Les sutras sont comme cela mais sous forme d’un long fil. Par ignorance, certains étudient les sutras en essayant de les utiliser par eux mêmes. Mais un fil n’est pas tellement intéressant par lui même. Il ne peut y avoir de guirlandes ou de colliers sans un fil qui relie les perles mais personne ne porte un collier pour le fil lui même.

Le fil ou le sutra est là pour que chaque maître confectionne sa propre guirlande. Vous pouvez y mettre des fleurs, ou des perles ou des diamants. Le fil est vital mais n’est pas le but lui même.

Même si les écritures comme les Védas ou les Upanishads sont prodigieuses par leur excellence grammatical, leur beauté poétique et leur contenu, les Yoga-sutras forment une œuvre si brillante qu’ils peuvent leur être comparés.
Si ils sont des documents fabuleux sur la vie, leur lecture en est étonnamment « assommante ». C’est sans doute le livre le plus ennuyeux et sec que vous pouvez lire. Ce n’est pas une œuvre d’érudit dans le stricte sens du terme. Patanjali n’y enseigne pas de techniques. En fait, il a fait cela intentionnellement et sa maîtrise du langage et de la composition  fut s’y grande qu’il écrivit de manière qu’aucun intellectuel ne s’y intéresse vraiment. Il voyait ses sutras comme des formules pour s’ouvrir à la vie. Si les gens en appréciaient la poésie et la beauté littéraire alors tout le monde irait se pencher dessus, notamment les soi-disant érudits. Et bien sur, une fois qu’ils l’auraient lu, ils en feraient des centaines d’interprétations différentes.

En fait, un Sutra n’a de sens que pour la personne qui possède une certaine expérience pour le comprendre sinon il n’est qu’une suite de mots sans grand intérêt.Pour le yogi établit dans un état particulier par la connaissance intérieur , il lui suffira d’en lire un seul pour que son pouvoir «explosif » se manifeste immédiatement.
Vous n’avez pas besoin de lire tout le livre.Si vous lisez un seul sutra et le rendez vraiment vivant par votre propre expérience, cela suffit ! C’est lui qui vous libérera.

Et maintenant, le yoga !

Les yoga-sutras commencent par cette étrange phrase : «Et maintenant, le yoga ». Quel sens lui donner ?
Patanjali veut nous dire que si nous pensons que changer de maison, de compagnon ou de marier notre fils va nous apporter la paix que nous recherchons et bien ce n’est pas encore l’heure du yoga.
En revanche, si nous avons expérimenté le pouvoir, l’argent et le plaisir, que nous avons goutté à tout et que nous avons réalisé que rien ne pourra jamais nous rassasier vraiment, si nous sommes arrivé à ce point dans notre vie, le temps du yoga est venu.
En une demie phrase, Pantajali écarte les « idioties » qui semblent tellement intéresser le monde.
C’est pour cette raison que le premier sutra commence par : « Et maintenant, le yoga ». Cela veut dire en fait que nous sommes perdus dans un monde sans espoir. La douleur de l’ignorance nous déchire. Maintenant le yoga ! Maintenant il y a un chemin !

Il est impropre de voir les yoga-sutras comme un livre. Ce n’est pas un livre. C’est en fait une sorte de boite à outils.

Patanjali connaissait l’intérieur de l’être humain et ses différentes dimensions de manière totale et complète. D’une certaine manière ce n’est pas très juste car quoi que vous essayez d’expliquer, Patanjali l’ a déjà expliqué avant vous. Il n’a rien laisser à personne.

Patanjali. Son corps mi serpent-mi homme représente le contrôle totale des énergies de la kundalini.Patanjali. Son corps mi serpent-mi homme représente le contrôle totale des énergies de la kundalini.

Dans le système « yoguique », le serpent est le symbole de l’énergie non encore manifestée, dormante, appelée aussi Kundalini car à moins qu’elle ne bouge nous ne savons pas qu’elle est là. Patanjali était un être tellement exceptionnel qu’il est symboliquement représenté comme moitié homme moitié serpent, ce qui indique qu’il est sorti de la dualité de l’existence et atteint la pleine unicité. En faisant cela, il a ouvert la voie à d’autres en les invitant à suivre son exemple. Il est moitié serpent car il n’est plus vu comme une personne. Il est en fait devenu la base même du yoga et de son système.

Pantanjali défini le yoga comme Chitta Vritti Nirodha qui signifie que quand vous calmez les agitations du mental, vous entrez en yoga. Vous entrez dans l’unicité.

Nous pouvons atteindre de nombreux buts dans nos vies, mais calmer et contrôler le mental est sans doute le plus fondamental de tous. Le calme nous libère des obsessions intérieures et extérieures et finalement nous libère d’absolument tout. Si seulement nous pouvons calmer le mental, alors la réalisation devient une possibilité.

L’esprit devient comme un miroir absolument limpide. Un miroir déformé déforme aussi la perception des choses et de la vie.
Aujourd’hui, la plupart des êtres-humains utilisent seulement leur esprit dans une petite « zone » entre mémoire et imagination. Ce ne sont d’ailleurs pas des concepts bien séparés: la mémoire est du passé accumulé et l’imagination sa version quelque peu exagérée. Si vous amenez votre esprit dans un état ou vous n’êtes ni contaminé par la mémoire ni perdu dans l’imagination alors la vraie sagesse transcendante apparaît et cette sagesse voit tout.
Bien sur, pour des questions de survie nous avons besoin de la mémoire et de l’imagination mais si vous voulez explorer d’autres dimensions de l’existence alors elles ne sont plus suffisantes. Elles ne sont en fait qu’une version « recyclée » de votre passé. Une fois que nous recyclons notre passé pour faire du présent, on crée un cycle sans fin, particulièrement difficile à briser.

Une fois embarqué dans cette boucle, nous sommes en esclavage. Reconnaître que nous sommes prisonniers de notre propre boucle intérieure est le premier pas vers la libération.

C’est la raison pour laquelle, parmi toutes les belles définitions que nous pourrions trouver pour décrire le yoga et son but, Patanjali choisi Chitta Vritti Nirodha. Calmer le mental, voilà bien l’étape primordiale sur le chemin de la libération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici