Sur le tantrisme en Occident…

0
Rate this post

Le Tantrisme qui s’intégre depuis quelques décennies en Occident sous des formes parfois étonnantes, apparel et fascine. Dans ce contexte, il est souvent difficile d’en comprendre les origines et l’histoire et de trouver des enseignements qui en respecte l. a. custom.

Voici un texte de Pierre Feuga, parlant du Tantrisme, en réponse à quelques questions d’un journaliste. Nous ne pouvons que partager son opinion sur le manque de sérieux de nombre de « Tantrikas » ou prétendu tel en Occident.
Position au texte:

Auparavant ma connaissance du tantrisme n’était que théorique et livresque. Mais il y a european aussi l. a. rencontre avec l. a. féminité dès mon premier voyage en Asie du Sud-est, avant cette longue croisière. Je n’ai pas choisi le tantrisme, c’est lui qui m’a saisi, possédé. A travers des lieux, des paysages, à travers l. a. Nature, et aussi à travers des femmes avec qui je n’avais pas forcément des members of the family intimes mais dont il me semblait capter l’essence, le parfum, le rythme, l. a. vibration, l’énergie en un mot.

C’était une imprégnation quasi magique, fascinante et parfois dangereuse. Je crois que je suis devenu, par mes voies sauvages, anarchiques, intuitives, ce qu’on appelle en Inde un shâkta, un servant et un adorateur de l. a. Déesse. Cela partait du cœur et embrasait tout mon être, me soulevait entre l. a. terreur et l. a. joie, cette intensité est pratiquement unattainable à décrire, sauf peut-être dans des poèmes ou des contes si j’y parviens un jour.

Comme les gens ne savant pas du tout ce que c’est, comme très peu –même parmi les prétendus spécialistes – en ont vraiment une expérience directe, ils rattachent cela à l. a. sexualité et partent dans des délires ridicules qui rapportent d’ailleurs aux gourous d’opérette beaucoup d’argent.

Vous ne croyez donc pas à tous ces cours de Tantra qu’on trouve maintenant à foison ? N’y a-t-il vraiment là rien d’intéressant ni d’authentique ?

Je ne connais pas tout ce qui se passe ou se fait dans ce domaine. Il y a peut-être des gens très bien qui pratiquent dans l. a. discrétion. Mais les gourous à l. a. mode, oui, j’ai du mal à les prendre au sérieux. Le peu de « tantrikas » avec qui j’ai été en touch en Europe ou en Amérique m’ont paru peu convaincants et, pour certains, franchement grotesques.

Généralement ils – ou elles – sont d’une lack of knowledge crasse par rapport aux textes, à l. a. custom écrite. Mais ils s’en justifient en disant que dans le Tantra seule l’expérience vivante importe. Je veux bien mais peut-on expérimenter pour le plaisir d’expérimenter et, si on le fait, jusqu’à quel level a-t-on le droit d’entraîner les autres, de leur imposer ses propres fantasmes ?

Il y a tant de déséquilibrés dans ces milieux, de naïfs et de paumés qui s’imaginent pouvoir régler leurs problèmes sexuels ou psychologiques à travers le Tantra ! Je suis le contraire d’un puritain. Que chacun vive ses désirs comme il veut ou comme il peut mais ce n’est pas l. a. peine de camoufler tout ça sous un jargon sacré. Pas l. a. peine d’en appeler au Cachemire pour de banals massages ou de molles papouilles.

Pas l. a. peine d’appeler Arlette Râdhâ ou Marcel Shiva. Trouver un bon partenaire tantrique est extraordinairement difficile. Et même, si vous l’avez trouvé, ça ne suffit pas. Pour dépasser l. a. dualité, il faut être trois, et ce troisième n’est pas humain : c’est l. a. Déesse. Si l. a. Déesse ne leur accorde pas sa grâce, même un homme et une femme qui s’entendent parfaitement ne peuvent rien. Mais même ça j’hésite à le dire. Automotive les guignols en query se réfèrent eux aussi à l. a. Déesse. Nous n’avons pas dû être branchés sur l. a. même.

Je think alors que vous ne croyez pas davantage au kundalini-yoga ?

Mais si, j’y crois. Je crois en l. a. réalité, en l’authenticité de toutes ces choses : voie de l. a. major gauche, maithuna, kundalini, and many others. Ce dont je doute, c’est de l. a. possibilité de les pratiquer et de les vivre dans notre monde moderne hypermentalisé, tellement « informé », fait d’avidité, d’agressivité, de compétition, où l. a. spiritualité n’est plus qu’une marchandise comme une autre. Même en Inde, cela est devenu problématique.

Il y a trente ans de cela un de mes amis, passant dans une région de l’Inde très peu fréquenté des touristes, fut l’hôte d’un vieux maharaja qui vivait quasiment seul dans un palais délabré. Son fils était parti à l. a. ville et ne s’intéressait qu’au rock’n roll. Le vieux possédait une extraordinaire bibliothèque de livres tantriques à moitiés rongés par les rats ou moisis. Los angeles custom dont il était dépositaire était très spécifique, originale, basée sur une science opérative des couleurs.

Mon ami, qui était un esprit ouvert et curieux, manifesta le désir d’être initié à cette custom. « Castle bien, lui dit le vieux prince, mais combien de temps pouvez-vous rester auprès de moi pour que je vous l’enseigne ? – Oh, je ne sais pas, répondit légèrement mon ami, j’ai tout mon temps, je ne suis pas pressé. – C’est-à-dire ? – Bah… Deux mois, même trois mois, j’ai obtenu de longues vacances. – Vous n’y êtes pas, soupira le vieux. Si vous n’êtes pas prêt à rester vingt ans, c’est inutile. » Il mourut d’ailleurs peu après. »

(Pierre Feuga)

Qui était pierre Feuga ?

Pierre Feuga (1942-2008) est né au sein d’une famille de voyageurs et d’artistes. Enfant, il se passionne pour les mythologies et les civilisations antiques, il a d’ailleurs publié des traductions de poètes latins. A l’école des langues orientales – où il «étudie le russe – il découvre l. a. pensée de l’inde qui ne cessera de l’inspirer.

Il pratique le hatha-yoga, apprend auprès de Jean Klein l’artwork védantique de « discerner le Spectateur du spectacle », discover les traditions ésotériques selon l’enseignement de René Guénon et Julius Evola. Mais éprouvant le besoin de confronter sa recherche intérieur avec l. a. vie, il section pour un voyage de sept ans en bateau autour du monde. A partir de 1981 et jusqu’à son décès, il enseigne le yoga à Paris.

Los angeles voie du tantrisme s’est révélée à lui progressivement, à travers plusieurs expériences qu’il a évoquées dans son autobiographie : Le Chemin des flammes. Depuis, il s’est efforcé d’être un interprète enthousiaste et lucide de cette doctrine, en évitant les deux pièges de l. a. spécialisation et de l. a. vulgarisation.

« Réduire le tantrisme à l. a. sexualité, disait il, est une aberration. C’est une voie immense, totale, illimitée. Elle embrasse l. a. vie, l. a. mort et conjugue l’amour, l. a. connaissance et l’motion. Elle est spirituelle et merveilleusement concrète, scientifique et poétique, exigeante et pleine d’humour. L’Océan cesse de faire peur quand on comprend qu ‘on est sois même l’Océan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici